News del Rey Mario Yepes

Publié le par korrigans naonedis

YEPES Mario
Mario Yepes débute sa carrière dans le club de sa ville avant de faire ses débuts professionnels en mars 94 avec le club de Tulua. Le défenseur central Colombien y reste quatre ans avant de rejoindre l’Argentine et River Plate en 99. Avec le club argentin, il remporte le championnat d’ouverture et de clôture respectivement en 99 et 2000.

En 2002, et à la surprise générale "Super Mario" rejoint la France et le FC Nantes. Très vite, "El Rey" (comme le surnommaient les supporters canaris) s'impose comme le patron de la défense nantaise grâce à son intelligence, sa lecture du jeu et à ses tacles spectaculaires. Après seulement deux saisons en Bretagne, le vainqueur de la Copa America (Coupe d’Amérique du Sud) en 2001 rejoint le PSG.

Mario Yepes



Quand Mario Yepes a signé au Paris Saint Germain, il avait tout pour devenir l’une des superstars du football mondial. Arrivé en grandes pompes du FC Nantes, le défenseur colombien allait franchir un palier. C’était (presque) écrit : jeu physique et haut en couleur, charisme énorme, belle expérience internationale et un avenir déjà tracé, au Real Madrid, au FC Barcelone ou à Chelsea. Trois ans après sa signature, « el rey » (le roi) traîne sa misère sur le banc parisien, se levant occasionnellement pour aller s’échauffer au cas où on lui donnerait une chance. Comment en est-on arrivé là ?

La faute revient à tout le monde. Au PSG, qui avait engagé le joueur à prix d’or et pour une durée de quatre ans, pensant sans doute le revendre au bout de quelques saisons. Mais aussi à à Yepes, qui, en trois ans sous le maillot parisien, ne s’est jamais imposé comme le sauveur. Bien sûr, Yepes reste un très bon défenseur. Un mélange de puissance et de finesse rarement vu en Ligue 1. Mais ses erreurs se sont aussi vues plus que les autres. Grand amateur de tacles glissés, il a souvent mis ses partenaires en difficulté quand ses jambes n’attrapaient que le vent. Sans compter des fautes grossières dans la surface (qui ont aussi plombé le début de saison du PSG l’an passé) et des blessures qui lui ont fait perdre le rythme.

Yepes, 32 ans, reste aussi un homme mystérieux. A Nantes, l’étiquette de solitaire, vite éclipsée par ses performances, lui avait été collée.

Publié dans La maison jaune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article