Football , Nantes et ses champions !

Publié le par korrigans naonedis



Doté d'une technique hors du commun, Mathieu Leclair exécute des figures dignes des plus grands footballeurs. Une performance pour cet ancien goal. Photo : Ludovic Failler

Le Nantais est champion de France de freestyle football. Cette drôle de déclinaison est même devenue son job.

Les yeux écarquillés comme des soucoupes, les mômes n'en reviennent pas. Là, devant leurs yeux, à Orvault, un type de 23 ans, physique ordinaire, faconde de slameur, ouvre un invraisemblable champ des possibles, avec cet objet qui leur est pourtant si familier. Debout, allongé, accroché à une barre, Mathieu Leclair fait danser le ballon qui passe des semelles de ses chaussures à sa nuque, son oreille..., selon des circuits improbables.

Des arabesques insensées. Mais l'avertissement ne tarde pas à tomber : « Sur un terrain, ça ne sert absolument à rien. N'essayez pas ça en match. » La phrase est sortie spontanément de la bouche de cet ancien... gardien de but. Elle aurait quasiment pu être contractuelle. Car le champion de France de foot freestyle, qui intervient tout l'été sur les 9 villes étapes de la Kappa foot academy, pourrait ruiner le travail des éducateurs qui s'échinent à transmettre les vertus du jeu collectif.

Malgré son titre, le premier de la sorte, décerné en novembre dernier à Royan devant 2 000 personnes, ce Nantais ne se prend pas la tête. Il croque dans une aventure inattendue, née voilà trois ans et demi. « À l'époque, j'étais à fond dans le skate, explique-t-il. J'avais arrêté le foot à l'âge de 14 ans. Ce qui me plaisait, c'était plus le côté marginal, urbain, libre. » L'idée d'en faire une activité soutenue ne lui traverse alors pas l'esprit. « Ce qui m'attirait, c'était le côté technique, avec le ballon. Et depuis, j'en suis revenu pour privilégier le côté show, chorégraphie.
»


Mathieu Leclair en pleine séance de freestyle.


Son titre national, il l'a d'ailleurs conquis à travers un concours empruntant son mode de sélection au patinage artistique, pour la première phase. Un numéro de 3 minutes, sur une musique choisie, pour gagner son billet parmi les 7 finalistes. « Là, c'est comme un battle hip-hop. C'est un DJ qui envoie la musique, et chacun vient tour à tour au centre. À Royan, ça a duré 1h50. » Un véritable exploit. Physique, car pour jongler avec le ballon dans des positions impossibles, figées ou en mouvement, mieux vaut avoir travaillé le gainage. Psychique, car la concentration est primordiale.

Cirque, abdos et jonglages

Derrière les facéties, un travail énorme. Pour préparer le championnat de France, Mathieu a bossé comme un athlète de haut niveau. Programme quotidien : « 1h30 de renforcement musculaire le matin. 1h30 de freestyle avec l'association du cirque de l'université de Nantes le midi. 3 h de jonglage. » Depuis, le rythme s'est relâché. « Je suis plus à 8 h d'entraînement par semaine. » Pourtant, le freestyle foot est devenu son métier. « Ce n'était pas évident de convaincre mes parents que j'allais suspendre mes études pour vivre de cette activité, même si mon père me soutenait dans ma préparation. » Mais le garçon a la tête sur les épaules.

Pour lui, c'est une parenthèse, avant de retrouver les bancs de la fac ou d'un BTS. Mais une parenthèse jubilatoire. Son rang de cador de la discipline, même s'il précisa dix fois aux enfants, à Orvault « il y a bien meilleur que moi, vous verrez sur internet », lui vaut de vivre des moments extraordinaires. « J'ai assisté à la demi-finale et à la finale de l'Euro 2008. On faisait des shows pour un carré VIP. J'étais aussi à la finale de la Ligue des champions Arsenal - Barcelone. » La marque néerlandaise Monta, avec laquelle il est sous contrat pour 4 ans, lui propose également des tournages de pubs dans des lieux paradisiaques.

Avec un sourire large comme ça, Mathieu Leclair surfe sur cette vague qui n'est selon lui « pas une mode comme la tektonik. Car il s'agit de foot, le sport le plus populaire au monde, transposable partout ».


Pierre-Yves ANSQUER.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article