Ligue 1 : Léko et Klasnic avant FCN/ASM (Site ASM)

Publié le par korrigans naonedis

FOOTBALL Euro 2008 croatia's Ivan Klasnic celebrates scoring in the match against Poland. - 0

Léko - Klasnic, l’interview croisée
4

  Ivan Klasnić au Werder.Logo
Amis dans la vie, coéquipiers en équipe nationale mais futurs adversaires samedi soir à La Beaujoire, Jerko Leko le Monégasque et Ivan Klasnic le Nantais sont face à face pour l’interview croisée...

  Jerko Leko, Croatia


Jerko et Ivan, vous allez pour la première fois vous retrouver face à face samedi sur la pelouse de La Beaujoire. Depuis quand vous connaissez-vous ?



Jerko Leko : Nous sommes de la même génération. Ivan est un des seuls joueurs de la sélection avec qui je jouais déjà au début des années 2000. On démarrait alors notre carrière internationale, on était jeunes ! Nous avons depuis cette époque de très bonnes relations, c’est un ami. Je me souviens que lorsqu’il est arrivé, il ne parlait pas très bien le croate car il est né en Allemagne et a fait toute sa carrière là-bas. On le chambrait pas mal là-dessus (rires) !


Klasnic, 2 buts à l'Euro

Ivan Klasnic :
Oui, on s’entend très bien tous les deux. On est souvent ensemble en sélection. Ces blagues sur mon accent, elles datent effectivement de mes débuts en équipe nationale. En Croatie, tous les joueurs me désignent comme
« l’Allemand » du groupe.


Ivan, Jerko risque de ne pas te faire de cadeau samedi soir…


Ivan Klasnic : C’est vrai car Jerko, c’est un vrai n°6, assez physique, un peu comme Guirane N’Daw au FC Nantes (il sourit). Lui aussi aime aller au contact et bouger les attaquants.


Quels souvenirs communs garderez-vous du dernier Euro ?


Ivan Klasnic : Evidemment, sur un plan personnel, je me souviendrai toujours de mon but contre la Pologne en match de poule. A ce moment-là, le bilan était bon. Et puis, après l’élimination en quart de finale contre la Turquie, malgré mon deuxième but (119e), c’est l’élimination qui a pris le dessus dans nos têtes. Pour quelques secondes... Pour nous tous, c’était une vraie catastrophe.

Jerko Leko : C'est du passé maintenant et on essaye de ne pas trop repenser à cet épisode…


Ivan Klasnic a eu récemment d’importants problèmes de santé avec cette double greffe de rein. Jerko, quel regard portes-tu sur cette période de sa carrière ?


Jerko Leko : C’est une blessure très peu commune pour un footballeur et je suis vraiment ravi qu’il ait pu revenir. Toute la sélection et même tout le pays étaient avec lui et le soutenaient durant cette période. Beaucoup de gens néanmoins ne croyaient pas à son retour. Je me souviens avoir parlé avec lui à cette période et il me répétait qu’il était certain de revenir à son meilleur niveau, il le sentait… C’est génial qu’il ait pu le faire et je ne lui souhaite que du bien pour la suite.

Ivan Klasnic : Concernant ma greffe de rein, ce qui s’est passé est passé. Je ne veux pas que les gens pensent que je suis malade. Je suis un joueur comme les autres.


Leko, 3ème saison à Monaco



Ivan, après onze saisons en Allemagne (quatre à Saint-Pauli et sept au Werder Brême), pourquoi avoir choisi le FC Nantes ?


Ivan Klasnic : Je suis venu visiter la ville, le centre d’entraînement et les installations médicales début juillet et cette journée m’a inspiré. L’attitude des dirigeants nantais aussi. Et puis le FC Nantes reste un grand club, avec une histoire. Je vais tout faire pour qu’il redevienne grand. Il y a sept ans, le Werder Brême ne jouait pas en Coupe d’Europe et puis il a grandi. Je ne viens pas ici pour être une star ou un héros, mais pour hisser l’équipe le plus haut possible.


Jerko, as-tu été surpris lorsque tu as appris qu’Ivan avait signé à Nantes ?


Jerko Leko : Je n’ai pas été surpris qu’il choisisse Nantes mais c’est vrai que ça m’a un peu étonné qu’il vienne en France. Je me souviens qu’il avait pas mal de pistes en Allemagne ou ailleurs. Je pense qu’il en avait assez de la Bundesliga. Nantes a su faire ce qu’il fallait et a été très correct avec lui, il a tenté ce pari.


Quels conseils peux-tu donner à Ivan pour faciliter son adaptation à la Ligue 1 ?


Jerko Leko : Je vais plutôt attendre que le match contre Nantes soit passé pour le conseiller (rires) ! Sérieusement, je ne me fais pas de souci pour lui. C’est un buteur, s’il a une chance à l’approche du but, il n’hésite pas. C’est également un attaquant qui travaille énormément pour le collectif, qui presse, qui remise aussi beaucoup. Je pense que la Ligue 1 est mieux adaptée pour lui que le championnat anglais par exemple. Il a fait le bon choix en venant ici !
 
Ivan Klasnic : J'ai eu l'occasion d'en parler également avec Vedran Runje ou Johan Micoud, mon ancien coéquipier au Werder. Tous m'ont conforté dans mon choix d'évoluer dans ce championnat. En plus, le FC Nantes est un club qui a la réputation de pratiquer un football offensif. C'est tout ce que j’aime !

Merci à David Cadiou (FC Nantes) pour sa collaboration

 


Palmarès

Publié dans Championnat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article